Accueil du site > Actualités > Nouveaux horizons en sciences sociales : Arjun Tremblay et Jean-Olivier (...)

Nouveaux horizons en sciences sociales : Arjun Tremblay et Jean-Olivier Roy

La CREQC reprend sa série de séminaires Nouveaux horizons en sciences sociales. Le 17 mars prochain entre 11h et 13h30 au local A-3440 de l’UQAM, Arjun Tremblay et Jean-Olivier Roy prendront part à la série de séminaires Nouveaux Horizons en sciences sociales de la CREQC.

Jean-Olivier Roy, chercheur postdoctoral, École des affaires publiques et communautaires, Université Concordia : La reconnaissance, l’auto-reconnaissance et l’avènement de la société postcoloniale

Résumé : L’ouverture, sur le terrain académique, aux demandes de reconnaissance des Autochtones par des auteurs comme Charles Taylor, James Tully et Michel Seymour, ainsi que l’engagement des acteurs politiques envers une démarche de reconnaissance et de réconciliation, sont au centre du réaménagement des relations entre l’État, la société dominante et les Autochtones observé au cours des dernières années. En effet, la reconnaissance des droits ancestraux au niveau constitutionnel, leur définition et leur évolution juridique et la conclusion d’ententes ciblées ont permis des avancées politiques et sociales significatives. Cependant, le potentiel de cette démarche est nuancé par certains intellectuels autochtones, comme Glen Coulthard, Taiaiake Alfred et Leanne Simpson, quant aux termes de la reconnaissance, ses objectifs et ses limites. En réponse, ces auteurs proposent une stratégie d’auto-reconnaissance, au moyen d’une procédure de délibération et d’éducation dans un objectif de recréation identitaire et politique en vue de parvenir à une véritable société postcoloniale.

Arjun Tremblay, chercheur postdoctoral, CRECQ-UQAM : L’avenir des politiques publiques en matière de diversité dans le nouveau climat idéologique

Résumé : Depuis quelques années, un “climat” idéologique de droite s’est installé dans plusieurs démocraties développées. Puisqu’il y a une correspondance logique et historique entre les politiques publiques en matière de diversité, surtout en ce qui concerne la protection des communautés culturelles minoritaires, et les idéologies de la gauche on devrait s’attendre à voir leur repli ou leur effacement dans ce nouveau climat idéologique. Est-ce que les politiques publiques en matière de diversité peuvent survivre dans un climat idéologique qui vire de plus en plus vers la droite ? En abordant le cas des politiques publiques multiculturelles, le but de cette conférence est de démontrer qu’il existe d’importantes balises électorales, institutionnelles, et individuelles qui peuvent empêcher l’effacement de ces politiques publiques, et ce, malgré l’élection de plusieurs gouvernements de droite ouvertement opposés à la protection et la reconnaissance de la diversité.